Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site et optimiser notre communication. Nous tenons compte de votre choix et utilisons uniquement les données pour lesquelles vous avez donné votre accord.

Ces cookies contribuent au bon fonctionnement de notre site web en permettant les fonctions de base telles que la navigation et l’accès à des domaines sécurisés. Sans ces cookies, notre site ne peut pas fonctionner correctement.

Ces cookies nous aident à comprendre comment les visiteurs interagissent avec notre site web en collectant des informations de manière anonyme. Grâce à ces informations, nous pouvons optimiser notre offre en permanence.

Ces cookies sont utilisés afin de suivre les utilisateurs sur les pages web. Le but est de proposer des annonces pertinentes et intéressantes pour les utilisateurs et par conséquent précieuses pour les annonceurs et éditeurs et autres partenaires publicitaires tiers.

Geistlich Mucograft® Seal

Geistlich Mucograft® Seal est une matrice se présentant comme une pastille destinée à obturer les alvéoles à paroi vestibulaire intacte après extraction dentaire.

Geistlich Mucograft® Seal est d’une manipulation simple :

  • Prêt à l’emploi : aucune préparation ou humidification préalable ne sont nécessaires.
  • Bonne cicatrisation de la plaie : désépithélialiser les berges des tissus mous adjacents avant de poser Geistlich Mucograft® Seal pour favoriser la migration des cellules tissulaires dans la matrice.
  • Orientation : positionner la face dense vers l’extérieur et la structure spongieuse vers l’alvéole.
  • Suture facile : suturer avec des fils non résorbables; ne pas utiliser de colle.
  • Les points simples ou doubles discontinus ou en croix permettent une bonne adaptation entre la matrice et les bords des tissus mous.

 

Bibliographie:

  1. Geistlich Mucograft® Seal Advisory Board Meeting Report, 2013. Data on file, Geistlich Pharma AG, Wolhusen, Switzerland.
  2. Jung R, et al.: J. Clin Periodontol 2013; 40(1): 90-98.
  3. Thoma D, et al.: J. Clin Periodontol 2012; 39: 157-65.