AMIC® Hanche

Méthode biologique innovante de réparation du cartilage pour le traitement des chondropathies de l’acétabulum et de la tête fémorale au niveau de la hanche

  • Comme la procédure est mini-invasive, la durée de l’hospitalisation est moindre et la rééducation est plus rapide.
  • Technique avérée par microfractures, en traitement de première intention1,2
  • Procédure en une seule étape pour le traitement des lésions >2 cm2 non adaptées à la technique des microfractures, bon rapport coût-efficacité.2,3
  • Protection du caillot sanguin grâce à une chambre « bioactive » formée par la matrice Chondro-Gide®.4,5
  • Usage spécifique et disponibilité immédiate de Chondro-Gide®, la matrice idéale de collagène naturel pour la régénération cartilagineuse

Les chondropathies de l’acétabulum et de la tête fémorale provoquent souvent des douleurs et une limitation fonctionnelle. En outre, si les lésions du cartilage de la hanche ne sont pas guéries de façon appropriée, elles peuvent s’étendre et des modifications arthrosiques peuvent apparaître. Il existe plusieurs options thérapeutiques permettant de réparer les lésions chondrales de la hanche : débridement, microfracture, greffe de chondrocytes autologues (autologous chondrocyte implantation ou ACI) et, désormais, chirurgie arthroscopique de la hanche par AMIC®.6,7

Les procédures arthroscopiques sont préférables aux interventions ouvertes car elles sont moins invasives, ce qui réduit donc le risque de complications (infections et nécrose avasculaire de la tête fémorale par ex.) et permet d’écourter la durée de récupération. Ainsi, non seulement les coûts de traitement sont moins élevés, mais la satisfaction des patients est plus grande.7,8

Indications

  • Lésions chondrales et ostéochondrales de stade III ou IV (selon la classification d’Outerbridge) de l’acétabulum ou de la tête fémorale
  • AMIC® sur l’acétabulum et microfractures sur la tête fémorale pour les lésions en miroir
  • Taille des lésions : de 2 à 8 cm2

 

 

 

Références:

  1. Benthien JP, Behrens P. Autologous Matrix-Induced Chondrogenesis (AMIC): Combining Microfracturing and a Collagen I/III Matrix for Articular Cartilage Resurfacing. Cartilage. 2010;1(1):65-8
  2. Steadman JR, Rodkey WG, Briggs KK. Microfracture to treat full-thickness chondral defects: surgical technique, rehabilitation, and outcomes. J Knee Surg. 2002;15(3):170-6
  3. Fontana A. A novel technique for treating cartilage defects in the hip: a fully arthroscopic approach to using autologous matrix-induced chondrogenesis. Arthrosc Tech. 2012 Apr 21;1(1):E63-8
  4. Fuss M, Ehlers EM, Russlies M, Rohwedel J, Behrens P. Characteristics of human chondrocytes, osteoblasts and fibroblasts seeded onto a type I/III collagen sponge under different culture conditions. A light, scanning and transmission electron microscopy study. Ann Anat. 2000 Jul;182(4):303-10
  5. Dickhut A, Dexheimer V, Martin K, Lauinger R, Heisel C, Richter W. Chondrogenesis of human mesenchymal stem cells by local transforming growth factor-beta delivery in a biphasic resorbable carrier. Tissue Eng Part A. 2010 Feb;16(2):453-64
  6. Yen YM, Kocher MS. Chondral lesions of the hip: Microfracture and chondroplasty. Sports Med Arthrosc. 2010 Jun;18(2):83-9
  7. Fontana A, Bistolfi A, Crova M, Rosso F, Massazza G. Arthroscopic treatment of hip chondral defects: autologous chondrocytetransplantation versus simple debridement--a pilot study. Arthroscopy. 2012 Mar;28(3):322-9
  8. Botser IB, Smith TW Jr, Nasser R, Domb BG. Open surgical dislocation versus arthroscopy for femoroacetabular impingement: a comparison of clinical outcomes. Arthroscopy. 2011 Feb;27(2):270-8

 

 

 

 

Sanja_Saftic_140x140_01.jpg
Dr. Sanja Saftic
International Product Manager