Augmentation osseuse de faible volume

La régénération osseuse guidée (ROG) est une procédure chirurgicale utilisant des matériaux de substitution et des membranes ayant une fonction barrière pour stimuler et guider l’ostéogénèse dans les sites à régénérer.

De l’os autogène et/ou un biomatériau est placé dans la zone du déficit osseux pour préserver l’espace et stimuler l’ostéogénèse. La membrane utilisée pour protéger le site comblé joue le rôle de barrière contre la colonisation par les tissus mous.

La ROG peut être utilisée pour régénérer l’os en cas de fenestration ou de déhiscence autour de l’implant, pour compenser des défauts osseux importants ou pour éviter la résorption osseuse dans les alvéoles post-extractionnelles.

Pourquoi utiliser un substitut osseux à la place de l’os autogène ?

L’os autogène est le plus susceptible de stimuler l’ostéogénèse et il peut donc apparaître comme le matériau de choix pour une greffe. Cependant, le prélèvement de l’os du patient est douloureux et allonge le temps chirurgical et de récupération. En outre, l’os autogène subit un certain degré de résorption1.

Les biomatériaux offrent une alternative intéressante à l’os autogène et présentent plusieurs avantages. Les substituts osseux Geistlich permettent au patient d’éviter un prélèvement douloureux, ils offrent un support stable à l’ostéogénèse et garantissent la stabilité pérenne du volume en raison de leur faible taux de résorption2. Ces éléments expliquent pourquoi Geistlich Bio-Oss® est le substitut osseux le plus fréquemment utilisé en dentisterie3,4.

“La ROG avec les biomatériaux Geistlich participe au succès thérapeutique esthétique et fonctionnel avec un haut degré de prévisibilité et un faible risque de complication."
Pr. D. Buser, Berne, Suisse

 

Pourquoi utiliser une membrane barrière?

La membrane permet à la régénération osseuse de se dérouler sans interférence dans une zone protégée et d’être beaucoup plus efficace5,6.

L’expérience clinique accumulée en plus de 16 années a prouvé qu’une membrane collagénique du type Geistlich Bio-Gide® constitue une barrière idéale, assure une intégration optimale des tissus7,8 et une cicatrisation sans complication9. Il n’est pas nécessaire de déposer ultérieurement la membrane par une chirurgie car celle-ci se résorbe naturellement.

Geistlich Bio-Oss® et Geistlich Bio-Gide® sont les deux produits les plus utilisés dans les procédures régénératives comme les augmentations osseuses de faible volume1,2.

Ils permettent

  • Une ostéogénèse fiable10-15.
  • Une excellente ostéointégration et la préservation à long terme du volume12,16,17.
  • La survie à long terme des implants18.    
  • Une cicatrisation sans complication9.
  • D’excellents résultats esthétiques19.


Les biomatériaux Geistlich sont fiables et simplifient les procédures même pour les chirurgiens moins expérimentés.

 

Bibliographie:

  1. Jensen T, et al.: Clin Oral Implants Res 2012; 23(8): 902-10.
  2. Orsini, G, et al.: Oral Dis 2007; 13(6): 586-93.
  3. iData Research Inc., US Dental Bone Graft Substitutes and other Biomaterials Market, 2011.
  4. iData Inc., European Dental Bone Graft Substitutes and other Biomaterials Market, 2012.
  5. Perelman-Karmon M, et al.: Int J Periodontics Restorative Dent 2013; 32(4): 459-65.
  6. Wallace SS, et al.: Int J Periodontics Restorative Dent 2005; 25(6): 551-59.
  7. Schwarz F, et al.: Clin Oral Implants Res 2006; 17: 403-09.
  8. Schwarz F, et al.: Clin Oral Implants Res 2008; 19(4): 402-15.
  9. Becker J, et al.: Clin. Oral Implants Res 2009; 20(7): 742-93.
  10. Aghaloo TL, Moy PK.: Int J Oral Maxillofac Implants 2007; 22: 49-70.
  11. Orsini G, et al.: J Biomed Mater Res. B: Appl Biomater 74B, 2005; 448-57.
  12. Piattelli M, et al.: Int J Oral Maxillofac Implants 1999; 14: 835-40.
  13. Orsini G, et al.: Oral Diseases 2007; 13: 586-93.
  14. Traini T, et al.: J Periodontol 2007; 78: 955-61.
  15. Degidi M, et al.: Clin Implant Dent Relat Res 2009; 11(3): 178-82.
  16. Sartori S, et al.: Clin Implants Res 2003; 14: 369-72.
  17. Maiorana C, et al.: Int J Periodontics Restorative Dent 2005; 25: 19-25.
  18. Jung RE, et al.: Clin Oral Implants Res 2013; 24(10): 1065-73.
  19. Buser D, et al.: J Periodontol 2011; 82(3): 342-49.